2012 - 13 Season

Festival International Piano Classique de Biarritz

" Duhamel nous gratifia d'une mort de Posa à la ligne parfaite et d'un air du catalogue assez idéal (Leporello est pour lui tout de suite, maintenant, on l'exige). "

ForumOpera - Sylvain Fort

La Vivandière

La Balafre - Festival Radio France de Montpellier

" Alexandre Duhamel est un La Balafre en tous points parfaits : émission puissante, ronde, articulation de rêve participent à la jovialité chaleureuse du personnage."

Musicologie.org – July 2013 - Eusebius

" [...] le grand gaillard protecteur, alias La Balafre, qui crève la baraque grâce au charisme du baryton Alexandre Duhamel. "

Diapason - François Laurent

" Alexandre Duhamel, impose d’emblée le sergent la Balafre avec sa voix splendide de baryton, puissante, bien timbrée, toujours intelligible. "

ForumOpera - Yvan Beuvard

Les Troyens

Panthée - Opéra de Marseille

" Autre espoir du chant français, le baryton Alexandre Duhamel (Panthée et Mercure) délivre un chant particulièrement séduisant et superbement stylé. "

ConcertoNet.com – July 2013 - Emmanuel Andrieu

" Alexandre Duhamel canta Panthée e Mercure con voce potente e ben emessa, con bei gravi ed bella dizione. I suoi interventi sono giusti e musicali. "

Gbopera.it – July 2013 – Jocelyne De Nicola

Roméo et Juliette

Mercutio - Opéra d'Avignon

"Du reste de l'équipe se détachent le Mercutio plein de vie et de faconde d'Alexandre Duhamel, le Tybalt viril et percutant de Stanislas de Barbeyrac [...] "

Opéra Magazine - May 2013 - Richard Martet

" La mise à mort de Mercutio interprété par le baryton Alexandre Duhamel, remarquable tant au plan vocal que scénique, avec une ampleur de souffle et un phrasé impeccable, virtuose même dans la Ballade de la Reine Mab "

ForumOpera - Fabrice Malkani

Les Pêcheurs de Perles

Zurga - Salle Pleyel

" [...] Roberto Alagna, est évidemment exemplaire, l’engagement du chanteur ne fait aucun doute : le duo Nadir-Zurga est un beau moment, d’autant que le baryton Alexandre Duhamel chante avec style et une diction remarquables. "

La Lettre du Musicien - February 2013 - Philippe Tanh

" [...] a solid concert version from Salle Pleyel in Paris featuring Roberto Alagna as Nadir, and wonderful French baritone Alexandre Duhamel as Zurga. "

Musical Toronto - March 2013 - John Terauds

" [...] L’interprète se révèle tout aussi convaincant lors des duos qui l’opposent à ses partenaires que dans sa grande scène du troisième acte. Le long récitatif, « L’orage s’est calmé », permet au baryton de traduire avec bonheur les affects contradictoires qui agitent son personnage. L’air « O Nadir, tendre ami de mon jeune âge » bénéficie d’un legato bien contrôlé et de quelques nuances de bon aloi. La diction, en outre, est impeccable [...] "

Forumopera.com - February 2013 - Christian Peter

" [...] Ce concert réserve une superbe surprise : Alexandre Duhamel. Tout porte à croire que le jeune baryton français est appelé à devenir l'une des voix les plus attachantes de sa génération"

Classica - Nicolas d'Estienne d'Orves

[...] Avec Zurga en revanche, Alexandre Duhamel entre dans la cour des grands. La voix est ample, sonore, large et homogène, l'élocution facile ; une belle recrue pour l'opéra français."

Opéra Magazine - Michel Parouty

Le Dictionnaire amoureux de l'Opéra

Alain Duault

" [...] Authentique baryton français, dans la lignée d'un Ernest Blanc ou dans la filitation d'un Alain Vernhes, avec quelque chose dans le mordant d'Alain Fondary (auprès duquel il s'est perfectionné) et, hors répértoire français, de Bryn Terfel pour le tempérament. Après le conservatoire pour donner toute sa dimension à l'instrument, c'est à l'Atelier Lyrique de l'Opéra de Paris que, de 2009 à 2011, il va pouvoir travailler non plus seulement le chant mais les rôles - et enfin commencer à monter sur scène, pour des petites rôles bien sûr, mais des rôles qui grandissent et lui permettent d'épanouir cette voix au grain noble, profond, cette diction parfaitement maîtrisée, cette projection intense, cette présence aussi dont on sent qu'elle ne demande maintenant qu'à se nourrir de rôles où sa dimension théâtrale pourra s'exprimer. Alexandre Duhamel est à mon sens une des grandes voix d'avenir : il ne pouvait être absent de ce dictionnaire ! "

L'Enfant et les Sortilèges

L'Horloge et le Chat - Opéra National de Paris

" Seuls Alexandre Duhamel et François Piolino ont encore cet art du dire, de la belle déclamation aristocratique française. "

Altamusica.com - January 2013 - Yannick Millon

Faust

Valentin - Opéra-Théâtre de Metz

" Pour son premier Valentin, Alexandre Duhamel incarne avec succès un rôle qu'il ne pousse pas à la caricature, comme c'est souvent une mode. Il sait mettre sa voix sombre au service d'un legato parfait."

Opéra Magazine - September 2012 - Patrice Henriot

Les Chansons de Don Quichotte de J. Ibert

Studio Bastille

" Morceau de résistance de ce « Jeudi de Bastille », les quatre Chansons de Don Quichotte montrent l’art de mélodiste d’Alexandre Duhamel – un artiste formé à l’Atelier Lyrique de l’Opéra entre 2009 et 2011. D’une voix ample, bien timbrée et avec une irréprochable diction, le baryton sert le recueil d’Ibert en vrai poète ; sensible, touchant, jamais emphatique. Le sens de la ponctuation du piano Jean-Yves Sébillotte l’aide grandement il est vrai - superbe Chanson de la mort ! "

Concertclassic.com - November 2012 - Alain Cochard

Carmen

Morales - Opéra National de Paris

" Con las partes secundarias, una vez alabado el muy interersante Morales de Duhamel."

Mundoclasico.com - December 2012 - Jorge Binaghi

" Ce sont surtout l’émouvante Micaela de Genia Kühmeier (notamment dans le fameux air du 3e acte « Je dis que rien ne m’épouvante »), le Morales d’Alexandre Duhamel, ainsi que le brave Escamillo de Ludovic Tézier qui ont sauvé la distribution. "

Etudes - January 2013 - Vincent Figureau

Please reload